top of page
Rechercher

Décodéconne et l'art de la table


Lorsque je reçois du monde pour le déjeuner ou le diner, j’adore faire une jolie table. J’adore tellement ça, qu’il m’arrive de la préparer la veille pour être sûr de ne pas la bâcler le jour J. Et ça, c’est quand je ne fais pas un test une semaine avant pour voir ce que ça donne…. Oui, il y a de la psychopathe là ! Je suis sure ne pas être la seule à faire ça. Hein … ?


Alors pour tous les aficionados de l’art de la table, je vous ai concocté un petit article sur le sujet. Amis spécialistes des assiettes et couverts en plastique (parce que c’est cool, il n’y a pas besoin de faire la vaisselle), passez votre chemin !


Tout d’abord, comme toute œuvre il faut préparer le terrain. La table en elle-même. Que ce soit votre table de jardin en plastique, une planche sur des tréteaux ou une petite table monastère chinée qui pèse 300 kg, il faut qu’elle soit adaptée au nombre de convives. Parce qu’on a tous fait un repas de famille coincé entre l’oncle Roger et la tante Nadine avec le pied de la table entre les jambes… Il faut donc prévoir idéalement entre 60 et 70 cm par personne.

Nous voilà avec une table, plus qu’à la parer de milles et une merveilles !


Nappe, set de table, chemin de tables, les trois, rien ???

D’abord ça va dépendre de la table. On cache les trucs moches, on protège les trucs fragiles, on montre les belles choses, qui ne craignent pas les taches de vin et les rayures. Ensuite évidemment on évite le too much qui revient au même que le tout moche !

Chaque élément seul fonctionne, attention à éviter trop de superposition, nappe et chemin de table ok, nappe et sets ok, nappe, chemin et set, on évite les gars. Si on veut un chemin de table et un set, on met le chemin de table de façon perpendiculaire à la table et il fait office de set. Encore une fois, si c’est bien fait on peut tenter les trois ou juste set et chemin sur une petite table dressée pour deux par exemple.

Petit conseil, sous la nappe bien lisse (exit les grosses traces de plis, oui on repasse sa nappe) et de bonne dimension, ajoutez un petit molleton (bull gomme ou ouatine), c’est tellement plus agréable.

La base est là ! Alors dans quel ordre procède-t-on ? Un peu de bon sens paysan et tout ira bien. Ce qui va dessous en premier, ce qui va dessus en dernier…



Molleton, nappe, chemin, set, et ensuite les assiettes et couverts. C’est là que ça se complique. Si vous n’avez pas de valet de pied sous la main pour disposer le touin touin comme dans Downton Abay (serie que je conseille vivement au passage), voici les règles de base.



Il y a quelques Codes à respecter. Ne sortez pas votre règle de majordomes, on va le faire à main levée (sauf si vous recevez la Reine d’Angleterre).

Alors voici une petite présentation par mes soins pour vous détailler les bases. Que les puristes ne grincent pas des dents, j’ai mis l’essentiel mais j’ai retiré le superflu*. Si vous souhaité une table digne des plus grands chefs, je vous renvoie vers les sites spécialisés.

J’ai appliqué la disposition à la française :

- La fourchette à gauche de l’assiette, les dents tournées vers la nappe (vos armoiries sont gravées sur le dos du manche, pour ma part j’ai chiné des couverts portant des armoiries scandinaves...)

- Le couteau, lui, se place à droite, lame en direction de l’assiette. Pour retenir, on ne place jamais le couteau du côté du cœur (en réalité c’est une sale histoire de capes et d'épées. Je vous laisse creuser le sujet pour faire les malins à la pause café).

- Les cuillères aussi, coté bombé tourné vers le haut



Il est d’usage de ne pas avoir plus de trois couverts de chaque côté de l’assiette (heureusement). Ils sont placés dans l’ordre d’utilisation, en partant de l’extérieur : les plus éloignés de l’assiette seront donc les premiers utilisés. J’autorise les personnes sans lave-vaisselle à lâcher l’article…

*Tout le superflu, à savoir couteau à fromage/à beurre/à poisson, assiettes à pain, fourchette à poisson, 4eme verre (oui normalement il faut un verre pour le vin rouge et un verre pour le blanc), peut être laissé de côté ou apporté au fur et à mesure si nécessaire.


Bon notre table commence à prendre forme hein. Maintenant c’est le meilleur moment, la déco. En gros il faut se faire plaisir. Essayons de rester dans le bon gout quand même. Pas plus de 3 couleurs (qui s’accordent ensemble si possible), sauf si vous faites une table champêtre par exemple et que les fleurs ont plein de couleurs, là ça ne compte pas. Idem pour les camaïeux. Ah et le blanc et le noir ne sont pas des couleurs (donc ca ne compte pas non plus). Ne jouez pas seulement avec les couleurs, mais avec les matières aussi ! Effet garanti.


Concernant les dilemmes que vous allez rencontrer (oui on parle de graves problèmes dans cet article, mais des fois ça fait du bien un peu de légèreté) :

Décors foisonnant au centre de la table ou décor léger pour mettre les plats ? Ça va déprendre du plat et de votre façon de recevoir. Si on fait raclette, on ne se pose pas la question on minimise la déco. Idem si on a l’habitude de servir les assiettes à table. Mais si vous servez les assiettes depuis la cuisine, feu, vous pouvez mettre le paquet !


Serviette en papier ou serviette en tissu ? Evidemment le tissu c’est plus classe, mais il faut reconnaitre qu’on a de moins en moins de lots de serviettes à la maison. Les serviettes en papier sont donc tolérées. Mais encore une fois avec bon gout, ne mettez pas les serviettes Mc do que vous avez gardé l’autre fois parce que la fille du drive en a mis plein ! (C’est fou ça, pourquoi ils mettent autant de serviettes ?). Vous pouvez vous exercer à faire de jolis pliages, il y a une foison de tutos sur la toile.

Pour ceux qui ont une machine à coudre et qui savent s’en servir… Vous pouvez fabriquer votre lot de serviettes à moindre coût en achetant du tissu au mètre. Yen a pour tous les gouts et c’est relativement simple !


Bougie ou pas bougie ? Chacun ses gouts j’ai envie de dire. Sauf si votre gout c’est de poser des bougies chauffe plat à la volé… Sincèrement même moi je suis tiraillée. J’adore les bougies pour la chaleur et la lumière douce et vacillante. Oui mais : il ne faut pas foutre le feu au reste du décor et c’est là où je veux en venir. Si comme moi vous êtes attiré par les flammes et qu’à la fin d’un repas un peu trop long, la bougie finit dans votre assiette, que vous avez de la cire sur les doigts à force de les mettre dans la partie fondue et que vous avez une trace de noir sur votre joue, parce que vous êtes un guedin et que vous avez éteint la flamme à main nue ? Alors ne mettez pas de bougie. Sans parler de ceux qui passent leur temps à souffler dessus… « Hey t’as vu, je suis à au moins à deux mètres de la bougie et j’ai réussi à souffler dessus ! »

Les guirlandes lumineuses sont un bon compromis même si c’est vrai qu’on aime tous l’odeur que dégage la bougie quand on vient de l’éteindre. « Ça sent l’anniversaire », comme dirait ma nièce !


Bon je crois que vous savez tout. Plus qu’à inviter du monde et se faire plaisir. Mais n’oubliez pas, d’improvisez de temps en temps. Personne ne vous en voudra si les assiettes et les couverts sont dépareillés et que la seule déco c’est la panière à pain. L’important c’est de passer un bon moment avec ses proches !



A très vite pour de nouveaux articles « Décodéconne » !

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page